dimanche 3 mai 2015

La sortie du dimanche - Des méchants de Disney et des os


 Il y a de ça un paquet de jours déjà (mais eh, que veux-tu, je suis revenue mais ma flemme elle, n'est jamais partie), mon cher Ludo et moi-même décidèrent de nous rendre à l'exposition sur les méchants Disney actuellement à la galerie Artludik. Robins des Bois, Le Livre de la Jungle et bien évidemment toutes les aventures de Donald Duck et Picsou mis à part, je n'ai jamais été très friande de Disney, de ses versions abominablement déformées et édulcorées des contes, ni de ses personnages stéréotypés à la morale affligeante. Ceci dit, s'il y a bien un truc qui m'empêche tout particulièrement de cracher à la gueule de Disney, c'est les méchants. D'après moi, ils font tout l'intérêt de certains dessins animés comme La Belle au Bois Dormant qui serait à mourir d'ennui s'il n'y avait Maléfique ; Il n'y a jamais de vrai gentil ou de héro s'il n'y a pas un vrai méchant en face. De fait, je voue un amour immodéré à Jafar et à Hadès, j'adule la classe de Facilier et de Cruella, j'admire Ursula. D'ailleurs, quiconque connait mon ami Ludo sait qu'il est totalement obnubilé par cette sublime créature à tentacules. 

C'est donc tout guillerets et affublés chacun de notre t-shirt préféré à l'effigie de notre méchant fétiche que nous nous rendîmes à cette petite expo qui présentait de très très belles pièces. Il y avait essentiellement des celluloïds, mais des esquisses originales étaient également présentes, certaines très anciennes (aka Blanche Neige. Ça date, ma gueule !). Faut que je te l'avoue : c'était assez émouvant à voir, quand même. Bon, après on a regardé le prix des pièces et on a un peu pleuré.


Si toi aussi t'as envie d'aller voir des authentiques bouts de méchants Disney, tu as jusqu'au 30 mai 2015 pour te rendre à la 

Galerie Arludik
12 - 14 rue Saint Louis en l'île
75004 Paris

C'est gratos (sauf si tu décides de repartir avec un original, auquel cas appelle moi) et la dame de la galerie est super sympa, elle se fera un plaisir de discuter Disney avec toi ou de bitcher sa race sur comment que la série Game of Thrones c'est trop à chier. Seule déception de l'expo : n'avoir vu de Jafar qu'un bout de son dos écailleux.

Ma pièce préférée.

  Bon alors ensuite, on avait prévu d'aller profiter du free cone day de Ben&Jerry's et manger une bonne glace au bon goût de gratuit, mais en voyant la queue de dalleux devant l'endroit, on a pris la fuite. A la place, on s'est posés à Ciel, cette pâtisserie japonaise qui fait des angel cakes à te taper le cul par terre tellement c'est bon, aérien et si peu sucré que même moi je pourrais en bouffer des camions entiers sans tirer la gueule. C'est bon, c'est beau et c'est pas cher (et malheureusement trop près de chez moi). Vas-y mon gars, tu le regretteras pas, t'as ma parole. En plus selon les saisons, ils proposent un parfum de gâteau exclusif. Y avait le super angel cake aux marrons à Noël, et là pour le printemps, ils en proposent un très chouette au sakura.



  On a terminé l'après-midi en errant dans le quartier latin lorsqu'on est tombés sur une galerie dont la vitrine nous a interpellés. Y avait des os, des trucs naturels et des animaux crevés, et leur assemblage ressemblait presque à des choses que j'aurais pu faire. C'était chouette. On a fait timidement le tour de l'endroit, nous extasiant devant la superbe sickness des pièces et faisant l'inventaire des pièces qui feraient bonne figure chez moi (soi la quasi totalité). Bon, on a quand même fini par se renseigner rapidement sur l'artiste qui s'appelle Sabrina Gruss, mais vu que les gens de la galerie n'étaient pas aussi agréables que la madame d'Arludik, on ne s'est pas éternisés. Mais si t'es curieux de voir Le cirque d'os et ses élégances et que les gens pas super polis ne te dérangent pas des masses, tu peux aller jusqu'au 23 mai à la

Galerie Béatrice Soulié
21 rue Guénégaud
75006 Paris

parce que mine de rien, c'est vachement stylé ce qu'elle fait, madame Gruss.





 On s'est dit au revoir et j'ai filé au Bataclan terminer ma journée devant le concert d'Orphaned Land qui faisait la première partie de Blind Guardian (dont je n'en ai absolument rien à cirer). C'était bref mais vachement cool. Je suis quand même restée pour Blind par curiosité ; J'aurais pas dût. Le power métal est exactement à l'opposé de ce que j'ai l'habitude d'apprécier et j'ai juste eu l'impression d'écouter le même morceau en boucle pendant 2h. Le chanteur avait une tête de daron, j'aurais aimé qu'il se laisse pousser les cheveux au moins pour faire semblant. Mais à la place il a chanté de sa voix que je reconnais puissante et pleine de talent des histoires de dragons et de Terre du Milieu tellement qu'à un point j'ai fini par comprendre la raison pour laquelle les rôlistes avaient autant le power en affection. Loin d'être un mauvais groupe cependant, je crois simplement que le power, comme le bon vin, nécessite d'avoir des organes un peu expériencés pour être apprécié.
Mes organes auditifs ont en revanche pris beaucoup de plaisir devant Orphaned Land, un putain de groupe de métal israélien qui parle essentiellement de paix entre les peuples et les religions (y a par ailleurs eu une pétition en 2012 qui a tourné pour leur décerner le Prix Nobel de la paix). Bref. Qui songeait que métal et religion iraient si bien ensemble ? Go check it out bro :


Sur ce, paillettes et love en poudre.

2 commentaires:

  1. Connais pas Orphaned Land, mais pas mal du tout :), Merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, contente que ça te plaise !

      Supprimer